13 février 2024
Le nouveau pôle d’échanges multimodal de Tarente, au sud de l’Italie, se distingue par l’ambition de notre client, le gestionnaire du réseau ferroviaire Rete Ferroviaria Italiana (RFI), d’en faire une référence en matière de certification environnementale.

Sous l’impulsion de RFI, l’entité homologue à SNCF Réseau en Italie, la gare de Tarente prépare sa mue. Sa configuration va se transformer radicalement avec l’arrivée d’un réseau de bus BRT (Bus Rapid Transit) et l’intégration des modes doux.

Un nouveau bâtiment voyageur sera érigé à côté de la gare existante, en correspondance avec la station de bus Croce Terminal, ainsi qu’un nouveau parking-relais construit à proximité. La voierie sera repensée afin d’intégrer un passage souterrain pour les piétons, des espaces verts, un nouvel éclairage basse-consommation, des quais hauts pour l’accès aux bus et de plus larges zones cyclables.

Quatre certifications environnementales pour une ambition durable

RFI a retenu des critères de durabilité élevés pour évaluer la performance de l’infrastructure, au moyen de quatre systèmes de certification :

  • La certification LEED (Leadership in Environmental and Energy Design) : cette certification américaine, développée par l’US Green Building Council, vise à promouvoir la haute qualité environnementale des bâtiments et possède un barème d’évaluation spécialement dédié aux transports*.
  • Le Protocole Envision, un système d’évaluation créé aux Etats-Unis par l’ISI (Institute for Sustainable Infrastructure) pour les projets de création d’infrastructures durables. Il est promu en Italie par l’ICMQ, un des principaux organismes de certification du secteur de la construction**.
  • Le respect du principe DNSH (Absence de préjudice important, Do No Significant Harm), qui découle de la taxonomie européenne, le dispositif central dans le plan d’action pour la finance durable***.
  • Et la certification CAM (Criteri Ambientali Minimi) qui fixe les critères minimums environnementaux à appliquer dans chaque construction d’infrastructure publique en Italie et qui promeut l’essor de l’économie circulaire****.

Nos livrables d’études ainsi que la construction seront inspectés au regard de ces certifications afin que le futur terminal multimodal les obtienne.

Plus qu’un projet de transport parmi d’autres, la gare multimodale de Tarente est l’emblème d’un programme innovant de transformation des infrastructures existantes vers des bâtiments durables, avec les plus hautes exigences en matière de durabilité, tant en conception qu’en exploitation. La livraison des bâtiments et des nouveaux aménagements multimodaux est prévue dès 2026.

Roberto Lodola, directeur de projet, SYSTRA Italie
Futur parvis de la gare multimodale de Tarente avec des aménagements paysagers et des places de dépose-minute

Tarente, une ville en lutte contre la pollution

Tarente est l’une des villes les plus polluées d’Europe. Son aire régionale concentre en effet des zones industrielles pétrochimiques et sidérurgiques, pointées du doigts pour leurs rejets dans la nature.

Au-delà de ses certifications durables, le réaménagement de la gare, conçu intégralement en BIM, met l’accent sur l’optimisation des terrains, la protection des ressources, notamment de l’eau avec la préservation de l’hydrologie locale, l’aménagement paysager pour minimiser les impacts visuels, ainsi que sur la réduction des déchets de construction.

*La certification LEED BD+C v4 Transit (Building Design and Construction) est la plus adaptée aux projets d’infrastructures de transport.

** RFI a édité un document de cadrage et de spécifications techniques qui décline les recommandations du Protocole Envision, notamment pour le périmètre des interventions liées aux gares ferroviaires.

*** Dans la taxonomie européenne, le principe DNSH impose aux acteurs économiques de ne causer aucun préjudice aux 6 objectifs environnementaux qui déterminent la durabilité d’une activité, notamment la préservation et la facilité de restauration de la biodiversité, les objectifs d’utilisation de l’infrastructure, et son financement suivant l’article 5 des « Principes Horizontaux » qui indique que « Les subventions ne financent que les mesures qui respectent les principes DNSH d’absence de préjudice important. »

**** La dernière mise à jour de la réglementation CAM, le 6 août 2022, se fonde sur les principes et les modèles de développement de l’économie circulaire, conformément aux directives les plus récentes en la matière, notamment la communication COM (2020) 98 : « A new plan of action for the circular economy. For a cleaner and more competitive Europe. »

Dernières actualités

Pour ne manquer aucune communication SYSTRA, rendez-vous sur les réseaux sociaux !