02 septembre 2021
La campagne d’essais a débuté le mercredi 28 juillet 2021 à Toulouse, entre l’université Paul Sabatier et le lycée Bellevue. Les deux premières cabines de Téléo, auparavant appelé Téléphérique urbain sud, ont pris leur envol et les Toulousains commencent à s’habituer à voir se dessiner dans le ciel de la ville rose cette ligne de […]

La campagne d’essais a débuté le mercredi 28 juillet 2021 à Toulouse, entre l’université Paul Sabatier et le lycée Bellevue. Les deux premières cabines de Téléo, auparavant appelé Téléphérique urbain sud, ont pris leur envol et les Toulousains commencent à s’habituer à voir se dessiner dans le ciel de la ville rose cette ligne de 3 km. SYSTRA, qui appartient au groupement de Conception Réalisation Maintenance emmené par le constructeur Poma, en partenariat avec Bouygues Travaux Publics Régions France, SETI, Séquences architecture et urbanisme et ALTISERVICE, réalise ce projet pour Tisséo Collectivités.

L’objectif de ces essais est de vérifier le bon fonctionnement de chaque équipement, au sol, le long des câbles et dans les cabines.

Charles-Alexandre Cayatte, directeur de projet SYSTRA à la Business Unit Structures & Génie Civil (SGC)


Le téléphérique urbain, une solution originale pour des mobilités durables

La particularité du Téléo est d’être un téléphérique débrayable 3S, c’est-à-dire avec double câble porteur et un câble tracteur (3S pour 3 Seile en allemand, 3 câbles). C’est une technologie assez rare dans le monde, utilisée seulement sur une dizaine de lignes et considérée comme le « must » des remontées mécaniques, qui combine la technique des remontées mécaniques débrayables avec celle des téléphériques monocâbles.

À la clé, un confort maximal pour les passagers. Les passages de pylône se font de façon douce et la vitesse de circulation est plus élevée (30 km/h) que les autres systèmes, tout en ayant une plus faible sensibilité au vent et une capacité d’emport de voyageurs supérieure aux cabines standards (34 places par cabine contre 10 places sur les télécabines de nos stations de ski). Téléo pourra ainsi fonctionner avec des vents jusqu’à 109 km/h, contre 70 km/h pour un équivalent monocâble. 

L’environnement pris en compte dès le départ


Les enjeux environnementaux de ce projet sont importants : survol de la plaine inondable de la Garonne, d’une zone Natura 2000, d’une Réserve Naturelle Régionale, d’un site de protection de Biotope et d’un périmètre de protection de monument historique.  La ligne Téléo présente un faible impact environnemental, avec une emprise au sol extrêmement réduite. Les usagers de l’agglomération de Toulouse vont pouvoir accéder à une offre de transport rapide, durable et fiable.

Julien Jamet, chargé d’études environnement à la Direction Conseil & Aménagement


Gagner du temps avec une infrastructure majestueuse et en tutoyant les nuages


Entièrement imaginés par les équipes SGC de SYSTRA France, les cinq pylônes de la ligne Téléo sont des ouvrages uniques en France. Leur esthétique, en forme de sceptre à quatre branches, a été travaillée en soufflerie et diffère des ouvrages treillis classiques du genre. Majestueux dans le ciel toulousain, ils sont construits en caissons métalliques et atteignent jusqu’à 74 m de hauteur. 


Grâce à la ligne Téléo, les temps de trajet vont être considérablement réduits : seulement 10 minutes pour parcourir les 3 km de la ligne, contre au moins 30 minutes en transport en commun hors heure de pointe, entre l’université Paul Sabatier et l’Oncopole. De quoi offrir, dans la couronne sud et dans toute l’agglomération toulousaine, une offre de mobilité efficace et à haute fréquence pour obtenir un report modal effectif.

Téléo est un projet pionnier sur un marché en plein essor, et nous comptons capitaliser autant sur ce succès que sur notre excellente relation avec le constructeur Poma pour que d’autres téléphériques urbains voient le jour.

Charles-Alexandre Cayatte, directeur de projet SYSTRA à la Business Unit Structures & Génie Civil (SGC)

Repères – ligne Téléo de Toulouse

  • Longueur : 3 km
  • Nombre de stations : 3
  • Nombre de cabines : 15 Poma-Sigma 3S Symphony – Pininfarina
  • Capacité de chaque cabine : 34 voyageurs
  • 1 garage pour les cabines (côté Université Paul Sabatier)
  • Temps de parcours :
    • 10 minutes de terminus à terminus
    • 90 secondes entre chaque cabine
  • Nombre de pylônes : 5
  • Hauteur des pylônes : de 30 à 70,5 mètres
  • Vitesse des cabines : 20 km/h
  • Fréquentation attendue :
    • 8 000 voyageurs/jour
    • 1 500 voyageurs par heure et par sens en pointe
  • Parking relais de 500 places à l’Oncopole
  • Mise en service : fin 2021

Dernières actualités

Pour ne manquer aucune communication SYSTRA, rendez-vous sur les réseaux sociaux !